Rencontre avec Valérie Vernay et Mathieu Reynès

Des cases, des bulles, des pins…
© Yohan ESPIAUBE

Alter Ego, La mémoire de l’eau, Harmony…

Trois séries de bandes dessinées bien connues des amateurs : des histoires fortes, des univers particuliers, des couleurs et des dessins uniques.

Et des auteurs qui ont choisi les Landes, et particulièrement Côte Landes Nature pour poser leurs crayons à l’ombre des pins.

Un choix qui a forcément une influence

sur leurs œuvres communes

Leurs trajectoires créatives les ont amené tous les deux à choisir de s’installer ici, dans les Landes :

à Linxe pour Valérie et à Saint-Michel-Escalus pour Mathieu.

 

Valérie Vernay

Illustratrice, dessinatrice et coloriste d’origine lyonnaise, elle a publié son premier livre jeunesse en 2001.

Elle a travaillé sur l’adaptation en bande dessinée de « La Guerre des Boutons » et on lui doit les deux tomes de « La Mémoire de l’Eau » sur lesquels elle a travaillé avec Mathieu Reynes.

 

Mathieu Reynès

Né à Paris, a passé toute son enfance sur la côte Basque. S’il est édité depuis 2002, c’est sa série « Alter Ego » qui le fait connaître auprès des amateurs de BD en 2007.

Cette même année, il signe également le scénario de « La Mémoire de l’Eau » avec Valérie Vernay avec qui il collabore depuis de nombreuses années.

Valérie Vernay et Mathieu Reynes | Côte Landes Nature TourismeValérie Vernay et Mathieu Reynes, amoureux des Landes et créateurs de BD

 

Une collaboration qui se poursuit aujourd’hui avec « Harmony »

une saga fantastique, entre sciences et croyances.

Pourquoi avoir choisi les landes ?

Mathieu :

Il faut bien l’avouer, c’est un peu par hasard…
Je voulais me rapprocher de Biarritz où j’ai passé une bonne partie de mon enfance, et c’est en cherchant un endroit où nous installer que nous sommes arrivés ici.
Et c’est un coup de chance, nous y avons trouvé chacun ce que nous cherchions : la proximité de l’océan bien-sûr, la nature et le calme.

 

Valérie :

Cette nature est aussi importante pour moi, mais moi j’ai surtout trouvé une vie culturelle que je ne soupçonnais pas, des rencontres, des échanges, une convivialité qui me plait.
Il y a une vraie vie artistique ici, parfois cachée, mais bien vivante.

Comment travaille-ton quand la vie éditoriale est ailleurs ?

Valérie :

Mis à part les participations aux salons ou signatures, nous avons tout ce qu’il nous faut ici ! Les outils de communication nous permettent facilement de rester en contact avec les maisons d’édition.

 

Mathieu :

Ce n’est absolument pas un obstacle, nous disposons de tous les outils nécessaires pour travailler à distance… notre métier créatif reste assez solitaire… et l’inspiration est autour de nous !

Est-ce que votre installation dans les Landes a eu une influence sur votre œuvre ?

Valérie :

On peut retrouver des influences effectivement, particulièrement les couleurs dans la mémoire de l’eau par exemple. Nous avions fait un repérage en Bretagne, mais on sent l’influence de l’océan tout proche ici, ses teintes et ses nuances.
Mais notre prochain projet sera plus profondément ancré dans les Landes…

 

Mathieu :

Nous sommes forcément influencés : le cadre, le calme, la forêt, les gens, les légendes… tout cela peut nous inspirer et il se peut fort bien que notre prochaine BD « un loup pour l’homme » soit bien plus landaise que les précédentes…

Nos suggestions