A Lévignacq, circuit du Moulin Neuf

Naturel ,  Boucle à Levignacq, Lévignacq

8.5 km
VTT
50min
circuit 16-8-1-1© CG40/S Zambon-D Quillacq-JM Tinarrage-C Roch
circuit 16-8-1-2© CG40/S Zambon-D Quillacq-JM Tinarrage-C Roch
  • Boucle de grande qualité paysagère, alliant un beau parcours en bordure du ruisseau du Moulin Neuf, la traversée du joli quartier vernaculaire de Louise, parcelles agricoles et cheminement en futaie de pins. Stationnement et départ depuis le parking de l'église.
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
Points d'intérêt
1 L'église de Saint-Martin
Depuis des siècles, nombreux ont été les pèlerins à dévier leur route pour venir admirer l’église de Lévignacq et son clocher-donjon. Bâti au XIVème siècle, cet édifice classé monument historique se distingue par un magnifique plafond en chêne peint. De grands tableaux comme le Mariage de la Vierge ou encore l’Agonie du Christ habillent les murs de l’église. Clou du spectacle, l’œil averti remarquera la nette distinction picturale qui existe entre le corps principal de l’église et à la voûte du chœur. Cachées pendant des siècles sous le plâtre, ces scènes de l’ancien testament sont les témoins muets du passage du temps et des générations qui l’ont traversé.
2 Moulin-Vieux
Constructions familières des campagnes françaises, les moulins font partie également de l’identité gasconne. Au XIXème siècle, aux alentours de Lévignacq, on en comptait trois. Celui d’Uza dit moulin de la Fonderie en référence aux célèbres forges d’Uza, celui de Moulin Neuf, aussi appelé moulin de Bernichau(t), et Moulin-Vieux. Tous trois étaient des moulins à farine, mais il arrivait que des expériences, heureuses ou malheureuses, y soient menées pour y faire fonctionner des scies. En 1877, Moulin-Vieux fut doublé pour actionner un tel matériel utile au travail du bois. Aujourd’hui Moulin-Vieux a laissé place à une pisciculture.
3 Le gemmage
Le gemmage est une activité traditionnelle qui consiste à blesser le pin pour en extraire la résine. Cette matière complexe, odorante, est distincte de la sève (le « sang » de l’arbre) mais un cicatrisant et un répulsif pour les insectes. Au XIXème siècle et dans la première moitié du XXème, chaque village comptait des dizaines de gemmeurs. La distillation de la résine donnait de l’essence de térébenthine et de la colophane, deux substances utilisées pour fabriquer des vernis, des peintures, des médicaments ou encore des produits ménagers. C’est la concurrence mondiale qui a mis fin à cette activité traditionnelle dans les années 80.
4 Les voies d'accès pompier
Aussi appelés sentiers de Défense des Forêts contre les Incendies (DFCI), ces voies d’accès quadrillent l’immense massif forestier des Landes, permettant aux soldats du feu d’accéder plus facilement aux zones incendiées. Si les grands incendies de 1947 et 1949 sont restés dans les mémoires, il ne faut pas pour autant en oublier les incendies survenus entre 1730 et 1755. A cette époque, la population était encore plus vulnérable face à ces déflagrations monstres, et quand les murs de feu étaient trop hauts, la solution consistait bien souvent à se réfugier dans un village voisin et à prier pour que la pluie arrive…