A Lévignacq, circuit de Barzague

Naturel ,  Boucle à Lévignacq

8.7 km
Pédestre
2h 30min
circuit 16-8-2-3© CG40/S Zambon-D Quillacq-JM Tinarrage-C Roch
circuit 16-8-2-1© CG40/S Zambon-D Quillacq-JM Tinarrage-C Roch
circuit 16-8-2-2© CG40/S Zambon-D Quillacq-JM Tinarrage-C Roch
  • Boucle à  la découverte de milieux humides et forestiers remarquables. Stationnement et départ depuis le parking de l'église.
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
Points d'intérêt
1 L'Egise Saint-Martin
Depuis des siècles, nombreux ont été les pèlerins à dévier leur route pour venir admirer l’église de Lévignacq et son clocher-donjon. Bâti au XIVème siècle, cet édifice classé monument historique se distingue par un magnifique plafond en chêne peint. De grands tableaux comme le Mariage de la Vierge ou encore l’Agonie du Christ habillent les murs de l’église.
Clou du spectacle, l’œil averti remarquera la nette distinction picturale qui existe entre le corps principal de l’église et à la voûte du chœur. Cachées pendant des siècles sous le plâtre, ces scènes de l’Ancien Testament sont les témoins muets du passage du temps et des générations qui l’ont traversé.
2 Moulin-Vieux
Constructions familières des campagnes françaises, les moulins font partie également de l’identité gasconne. Au XIXème siècle, aux alentours de Lévignacq, on en comptait trois. Celui d’Uza dit moulin de la Fonderie en référence aux célèbres forges d’Uza, celui de Moulin Neuf, aussi appelé moulin de Bernichau(t), et Moulin-Vieux. Tous trois étaient des moulins à farine, mais il arrivait que des expériences, heureuses ou malheureuses, y soient menées pour y faire fonctionner des scies. En 1877, Moulin-Vieux fut doublé pour actionner un tel matériel utile au travail du bois. Aujourd’hui Moulin-Vieux a laissé place à une pisciculture.
3 La sylviculture
La forêt landaise est un vaste champ cultivé. Elle reste à plus de 90 % privée, ce qui constitue une exception au niveau national. En levant un peu la tête, on s’aperçoit des différences de hauteurs nettes entre les différents massifs de pins. Ces disparités sont le fruit d’une exploitation qui prend racine dans l’histoire du territoire… Et d’un travail de longue haleine ! La coupe finale, après plusieurs éclaircies, n’intervient qu’après 40 ans de maturation. Il arrivait donc parfois que seuls les enfants ne voient le résultat du labeur du père. Difficile à imaginer à l’époque de Wall Street et des retours sur investissement à court terme !