© Sophie Pawlak

Faire la fête dans les Landes

Landais de souche ou de cœur, la fête est dans notre ADN alors tous à vos foulards rouges ou bleus !

Un certain art de vivre !

Bien sûr il y a les plus connues : « les Fêtes de Dax », « La Madeleine » à Mont de Marsan… mais saviez-vous que chaque village organise ses fêtes selon des codes et rituels identiques à ses grandes sœurs (ou presque) ?

Ce qui marque, quand on est profane ou pas de la région, c’est cette unité dans les programmes des fêtes et ses codes vestimentaires.

Que ce soit « rouge et blanc » ou « bleu et blanc », il est quand même d’usage de respecter un minimum cette coutume.
Facile à comprendre, il y a ceux qui savent et ceux qui vont vite apprendre… pour ne pas se faire « chambrer ».
De toute façon, on trouve un peu partout la panoplie du parfait « festayre ».

Comment s’habiller ?

Où allez-vous passer les fêtes cet été ?

Castets, Léon, Lit et Mixe ou Saint Julien en Born ?

Les quatre peut-être, et si c’est le cas comme beaucoup de locaux, il faudra vous habiller d’au moins un foulard rouge à Castets et Saint Julien en Born, et d’un bleu à Léon et Lit et Mixe 😉

Retenez bien ! Pas de fausse note sur votre tenue de festayre…

  • Un pantalon blanc,
  • Un haut blanc, rouge ou bleu pour la durée des fêtes,
  • Une paire de chaussures confortables ou des espadrilles…,
  • Le béret,
  • Le foulard,
  • La cinta (sorte de d’écharpe à nouer autour de la taille),
  • Un gobelet aux couleurs de vos fêtes,
  • Quelques euros…, il y a des tours de manèges aussi bien sûr car les fêtes c’est aussi en famille !

Attention, ne vous ridiculisez pas, cette tenue est à porter exclusivement pour les fêtes d’été et les férias, pas pour le bal du 14 juillet ou le bal des pompiers !

Parlez-vous le landais ?

Avant de sortir, je vais faire un petit « cluq » pour être en forme. (une petite sieste)

Ce soir à la salle des fête il y a « le tiap » du rugby, tu viens ? (le repas organisé)

Cette année il y une course de trottinettes pour les « drôles » . (les enfants)

A vista de nas : à vue de nez.
Adieu ! ou Adiou : Salut !
Adishatz : Salut / au revoir.
Aller à la mer : expression utilisée pour « aller à la plage ».
A wek, a hum : « aller vite », « aller à fond ».
Branque : fou.
Brêle : bon à rien, nul.
Cagnard, cagnàs : grosse chaleur, canicule.
Cagne : flemme.

Cané : crevé, « je suis cané ».
Chocolatine : pain au chocolat pour tous ceux habitant au-dessus de la Garonne.
Décaniller : faire tomber.
Dia ! : interjection qui marque l’étonnement, « dia, je n’en crois pas mes oreilles ».
Empéguer : percuter, « rentrer dedans ».
Palichot : pâle.
Poche : sac en plastique ou personne qui boit beaucoup et souvent.
Tignoùs : entêté, résistant, revêche.
Tuc : dune, hauteur, colline.

Les bandas, l’âme des fêtes !

Concernant les groupes de musique, à la différence des harmonies, les bandas proposent un registre plutôt festif composé de cuivres, de bois et de percussions.

Elles déambulent dans les rues à l’occasion des fêtes ou animent joyeusement les bars et les repas… L’identité de chaque banda se perçoit à travers sa tenue et son nom.

Chaque musicien arbore une chamarre et un foulard différents selon la banda.
Chez nous en Côte Landes Nature, il y en a deux :

  • à Castets avec « Lous Tiarrots » (« les amis de l’apéro ») qui arborent les couleurs rouge et blanc
  • à Lit et Mixe avec « Lous Mayouns » (« les petites mouettes ») qui portent une tenue en bleu et blanc, les couleurs du village !

Une banda, c’est aussi le mélange des générations et des genres.

Autrefois elle était composée exclusivement d’hommes, certaines encore aujourd’hui dont on taira le nom, n’ont toujours pas de femmes dans leur groupe.
Chez les « Tiarrots » ou « Lous Mayouns », tout le monde a sa place mais il faut faire ses preuves en « classe prépa » , à l’école de musique, puis avec l’harmonie, avant de faire le grand saut dans la banda.
Devenir musicien va au-delà de la musique, c’est un concept inédit permettant de rassembler une population disparate qui ne se serait peut-être jamais rencontrée sans ce lien.

Jouer, écouter, danser dans une banda fait du bien. Les bandas rassemblent, fédèrent toutes les différences… au moins le temps de la fête.

à vos agendas !

Nos suggestions