A Vielle-Saint-Girons, circuit des Bareuyes

Naturel, Boucle à Vielle-saint-girons

  Voir les photos (4)
10.9 km
Pédestre
2h 30min
moyenne*
  • Circuit mêlant à  la fois sport et découverte de la forêt landaise à  travers des paysages escarpés. Stationnement sur le parking des Bareuyes. Départ depuis l'aire d'animation.
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
Points d'intérêt
1 La création de la dune littorale
La dune littorale, sur laquelle sont bâties les maisons de Saint Girons-Plage et à Huchet, a été créée à partir de 1822, inventée par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Jean-Sebastien Goury. A l’aide de palissades, il obtint des tas de sable selon un profil particulier qu’il chercha à reproduire sur 200 km. La dune ainsi formée, stabilisée par la plantation de gourbet, protégeait ainsi des vents de sable les jeunes plants de pins destinés, eux, à fixer les dunes intérieures. A partir de 1850, l’Etat autorisa l’implantation d’Hôtels de Bains et de maisons. La future Côte d’Argent (baptisée telle en 1905) était née.
2 Le tabac des dunes
Indisciplinés les Saint-Gironnais ? Un rien fripons en tout cas, quand en 1789 et en nombre, ils se vantaient d’aller à la côte « pour y prendre de la fraude », en l’espèce une coquette cargaison de tabac. Depuis 1674, le commerce du tabac est un monopole royal et les fermiers généraux, haïs par la population, sont chargés de ramasser le magot. Mais l’aventure tourne court, interrompue par les agents de la Ferme. Pour autant, peu de personnes seront impliquées dans cette affaire, la solidarité face à l’ « Ancien Régime » étant dans l'air du temps.
3 Le droit des naufrages
Avant la révolution, le Roi ou les seigneurs locaux, ici le Baron du Marensin, étaient seuls en droit de revendiquer les épaves échouées sur la côte. Mais les habitants « costoyaient » (ou costillaient) de manière à profiter en premier des restes des épaves, avant l’arrivée des représentants de l’autorité. Les Saint-gironnais avaient la réputation de costoyer de manière « assidue ». Une anecdote du XVème siècle rapporte même que des paroissiens de Saint Girons se plaignirent auprès de l’Evêque de Dax du fait que leur curé refusait d’organiser des processions destinées à obtenir des naufrages…
Nos suggestions